le glossaire de la charpente, du couvreur, et de l’isolation.

Vous venez de recevoir un devis pour les travaux de couverture ou d’isolation de toiture, ou de murs, que vous envisagez, et vous êtes un peu perdus avec ce vocabulaire ?

Ce Glossaire ou lexique.. est fait pour vous aider à visualiser les travaux que nous vous proposons, ou mettre un nom sur les éléments de toiture pour lesquels vous souhaitez nous solliciter.

Classé par ordre alphabétique

* A

Arêtier :

Pièce de charpente inclinée qui forme l’encoignure d’un comble, vient s’assembler à sa partie inférieure aux extrémités de l’enrayure, à son sommet dans le poinçon, et sur laquelle s’assemblent les empannons (Charpente). Autrefois, et dans quelques provinces du nord, les charpentiers et les couvreurs disaient et disent encore: érestier.

• Autoclave Cuve fermée, en forme de tunnel, étanche, contenant de 10 à 20 m3 de bois, et pouvant résister à des variations de pression importantes.
C’est l’outil indispensable pour traiter les bois en classe 3, 4 ou 5 : traitement du bois en autoclave.
Processus complet
1. Vide initial (0,1 bar) pour extraire du bois l’humidité résiduelle.
2. Immersion du bois dans le produit de traitement (remplissage du tunnel).
3. Montée en pression (>12 bars) pour faire rentrer le produit dans le bois.
4. Vide final, pour enlever le surplus de produit.
5. Séchage : fixation définitive du produit dans le bois.
L’autoclave dit “double vide” est en général de section carrée.
L’autoclave dit “vide et pression” est impérativement de forme cylindrique avec les extrémités bombées pour pouvoir résister à plus de 12 bars de pression interne.

* B

Bardage :

Revêtement extérieur de façade par élément(s) mince(s) fixé(s) mécaniquement sur une ossature. (réalisable en bois, ardoise, métal,…) Ces éléments ne participent pas au contreventement des constructions, et peuvent être mis en œuvre sur tous supports.
Lame de bardage : 

élément de bardage en bois massif ou lamellé-collé (Dosses délignées sur une rive – Sciages avivés non rabotés dont les faces peuvent être parallèles ou non – Frises ou planches rabotées ou moulurées sur une ou plusieurs faces.)

• Bardeau Élément en bois de petites dimensions utilisés comme matériaux de couverture ou de bardage, comme revêtement permettant de protéger des intempéries les toitures et les façades.
* En Suisse, en Franche-Comté, dans les Pays de Savoie et à la Réunion, petites plaques en bois, découpées en différents formats, appelées tavaillons en France et tavillons en Suisse Romande lorsque celui-ci est découpé en un petit format.
* En France et au Québec, le bardeau est aussi une plaque en composite bitumé, aussi appelée shingle ou bardeau canadien.
* Il est disponible en bois, le plus souvent en « Red cedar © » (appellation commerciale du bois de thuja plicata), et aussi en panneaux de polypropylène. En bois, il est aussi utilisé comme « bardeau à cointer » pour équerrer et ajuster l’espace entre les portes (ou les fenêtres) et les bâtis de murs.

• Bois BMT

Le bois BMT est un Bois Modifié Thermiquement. Ce procédé d’Origine Finlandaise consiste à chauffer le bois à cœur et à haute température afin de le rendre imputrescible et indéformable.
Le bois utilisé est du Pin Sylvestre, ( Pin Rouge du Nord ) ou Épicéa (sapin du Nord Blanc), prélevé dans les forêts gérées et certifiées PEFC.
Le traitement thermique implique de le chauffer à une température d’environ 210°C, dans des fours Hydro-électriques ( procédé hautement Écologique ).
A l’intérieur du four, le bois est chauffé en plusieurs phases, d’abord à environ 100°C.
On le stabilise à ce niveau, la montée à 210°C se fait ensuite avec une période de stabilisation. Ensuite on redescend à une température ambiante en conservant à nouveau une période de stabilisation. Durant ces phases, l’injection de vapeur se fait régulièrement à plus ou moins grande intensité et permet au bois d’éviter de s’enflammer tout en lui conservant certaines qualités.
La chaleur transforme les glucoses du bois en Acides, la résine se cristallise, donc la résistance aux insectes et aux champignons est optimale.
Le taux d’humidité du bois après traitement est de 4 à 5%, ce qui apporte au bois Thermos Chauffé une plus grande stabilité dimensionnelle.
Le bois Thermo Chauffé entre dans le cadre de la construction HQE (Haute Qualité Environnementale).

* C

Canalit 200, (COVERLAND)

Matériau support de couverture, procédé de couverture en plaques nervurées de fibres-ciment destinées à recevoir des tuiles canal de couvert n’assurant qu’une fonction d’aspect. (plaques ondulées)

• Cavité Volume entre éléments d’une ossature, fermée par ceux-ci et les matériaux de parement directement appliqués. Ce volume peut être rempli ou non par un isolant.
On distingue :
– La cavité ouverte dans laquelle il y a circulation d’air
– La cavité fermée.

* Chantourner

Découper selon un profil déterminé.

• Chantignolle Pièce de bois qui soutient les pannes de la charpente d’un toit.

• Chanvre On tire du chanvre, plante annuelle cultivée de la famille des Cannabaceae, un nombre important et toujours croissant de produit : fil, ficelle, tissu, papier (plus de 70% de la production avant 1883), mais aussi matériaux de construction, carburant, plastiques, produits alimentaires, médicaments. Il s’avère être un excellent isolant pour l’habitation des hommes.
• Chevêtre
Le chevêtre est une pièce de charpente qui relie deux solives d’enchevêtrure pour réaliser une enchevêtrure (au droit d’un âtre de cheminée ou d’une trémie). Le chevêtre est perpendiculaire au solivage courant, il porte les solives courantes ou boiteuses (selon le type de plancher). Le chevêtre travaille en flexion.

• Cheviller Fixer, assembler avec des chevilles

• Chevron Pièce de bois taillée, constituant une partie de la charpente d’une toiture, de section rectangulaire, disposé dans un intervalle de 60-75 cm afin de recevoir la sous-toiture sur laquelle sera installée la couverture d’une maison.

• Clin

Elément de bardage, planche de bois ou tôle, pose avec recouvrement sur la rangée inférieure pour assurer l’étanchéité à l’eau. (Bardage à clins).
• Coefficient lambda et résistance thermique
Le coefficient lambda et la résistance thermique permettent de connaître la qualité d’un isolant. Par définition les isolants ne conduisent pas – ou peu – la chaleur.
La manière dont un matériau conduit la chaleur s’appelle la conductivité thermique.

 On l’exprime par le coefficient lambda (onzième lettre de l’alphabet grec). Il se mesure en Watt par mètre et par degrés Kelvin (ou W/m.K). Plus celui-ci est faible, moins la chaleur peut se propager dans le matériau.
* Autre notion importante: il faut savoir que les matériaux opposent une «résistance thermique». Celle d’un matériau isolant est généralement d’autant plus élevée que son épaisseur est grande et que son coefficient de conductivité (lambda) est faible. Cette résistance thermique R est calculée ainsi : épaisseur / coéf. lambda. R s’exprime en m2 par degré et par watt. M².K/W
Pour choisir un produit isolant ou d’isolation, on prendra en compte cette résistance thermique appelée R. Elle figure sur l’étiquette des produits. Plus R est important, plus le produit est isolant.

• Contrecollé

Le bois massif contrecollé est l’association par collage à plat de 2 ou plusieurs lames de bois massifs dont les épaisseurs et sections unitaires ne sont pas réglementées par la norme NF EN 386 relative aux prescriptions de fabrication du lamellé collé. On trouve des poutres, des panneaux contrecollés qui possèdent aussi leurs qualités propres : dimensions importantes, solidité, stabilité dimensionnelle.
Le contre collé est constitué d’un assemblage de deux ou de trois planches en bois massif collées face à face. L’intérêt du bois contre collé réside dans sa résistance et sa stabilité, augmentées par le contre balancement des lames et par la continuité de la partie massive des sections tout au long des éléments. Chaque planche est séchée individuellement avant d’être assemblée. Les poutres sont ensuite dégauchies et rabotées.
Contrefiche
La contrefiche (ou jambette) est une pièce de bois oblique que l’on trouve dans la construction d’une charpente. Elle est placée entre les arbalétriers et l’entrait. Elles sont indispensables dès que la portée dépasse 4 ou 5 mètres. Il existe presque toujours une contrefiche partant du pied de l’entrait et se dirigeant près de la panne située à environ 1,5 m du faîtage.

* D

Débord :

L’une des meilleures façons d’accroître la durabilité de la maçonnerie est de porter une attention particulière aux dispositions constructives qui réduisent la quantité d’eau atteignant les façades, en particulier aux rejets qui empêchent les ruissellements localisés. Les débords de toiture font partie de ces dispositions à prendre pour votre maison, afin de mieux en garantir les surfaces verticales.
• Douglas :
Ce bois de couleur brun-rouge est destiné à la réalisation de bardages extérieurs.
Sa particularité de durcir en vieillissant lui confère une très bonne résistance aux intempéries.
* DOW :
Fondée en 1897 par Herbert Henry Dow, The Dow Chemical Company
 est aujourd’hui un groupe chimique mondial très diversifié, présent dans 37 pays et comptant 165 sites de production. Réputé pour la qualité de sa recherche scientifique et technologique, il fabrique et distribue à l’échelle internationale une large gamme de produits à forte valeur ajoutée parmi lesquels des spécialités chimiques et phytosanitaires, des plastiques, ainsi que de nombreux produits et services visant à améliorer la qualité de la vie au quotidien. Implantée en France depuis 1963, Dow France S.A.S.
C’est DOW qui met au point de la formulation et production de la mousse de polystyrène extrudé comme agent de flottaison, à la demande du Ministère américain de la Défense: STYROFOAM. 

* E

Emboutée :

Mis en forme par emboutissage

• Emboutir Comprimer, mettre en forme par emboutissage
• Empannon :
Chevron de croupe ou de noue fixe a l’arêtier.

• Entrait L’entrait (ou tirant) – terme de charpente – est un élément de la ferme. C’est une pièce de bois horizontale servant à retenir les arbalétriers en les reliant, et qui est posée aux extrémités sur les murs gouttereaux, éventuellement dans un empochement (qui laisse passer l’air autour de l’entrait, pour éviter le pourrissement).
• Entretoise :
C’est une pièce de bois qui s’assemble horizontalement dans deux arbalétriers ou dans deux poutres principales d’un plancher. Les fermes d’un comble peuvent recevoir des pannes, lesquelles sont posées sur les arbalétriers et calées par des chantignolles, tandis que les entretoises sont assemblées à tenon et mortaise dans ces arbalétriers. Dans les planchers en charpente, les entretoises sont de véritables chevêtres
• Epicéa :
Originaire des forêts du Nord de l’Europe, l’épicéa est un arbre rigoureux, très résistant au froid et peu sensible aux gelées. Assez léger et tendre, c’est un bois facile à travailler.
• Epicéa du nord :
Ce bois clair au dessin bien apparent est utilisable en intérieur comme en extérieur (avec traitement de finition).
Sa structure très serrée comporte de petits nœuds bien intégrés dans la fibre.
• Éternit© :
C’est un matériau de couverture et de construction.
Éternit fait partie du groupe ETEX, leader mondial du fibres-ciment, 70 sociétés industrielles et commerciales implantées dans 30 pays. Depuis plus d’un siècle, Éternit est spécialisé dans la fabrication de matériaux de couverture et de construction : plaques ondulées, ardoises et revêtements de façade pour tous types de bâtiments en neuf comme en rénovation. 

* F

Faîte, faîtage :

Le faîte est la ligne de rencontre haute de deux versants d’une toiture. Le faîtage est l’ouvrage qui permet de joindre ces deux parties. Il doit assurer l’étanchéité de la couverture d’un bâtiment, ainsi que sa solidité.
Pour les toitures en tuiles traditionnelles : on utilise des tuiles identiques, disposées à cheval au sommet des deux versants. Ces tuiles sont dites faîtières bien qu’il s’agisse de tuiles strictement identiques aux autres tuiles utilisées. Toutefois, on utilise parfois en faîtage des tuiles de même forme mais de plus grandes dimensions. Les tuiles de faîtage sont traditionnellement bâties au mortier. La tendance actuelle est de disposer en chevauchement du vide de jonction des versants un dispositif d’étanchéité supplémentaire (closoir) qui garantit mieux l’étanchéité et comportant des orifices qui contribuent à la ventilation des combles. Les tuiles faîtières dissimulent ce dispositif pour préserver l’esthétique de la couverture.

• Fibre de Polyester

Fibre chimique synthétique obtenue par polycondensation et présentant dans la chaîne au moins 85% en masse d’éthane diol et d’acide téréphtalique. Les fils et les fibres de polyesters ont été crées en Angleterre en 1950 et commercialisés sous le nom de Térylène. Aux Etats-Unis, elles commercialisés sous le nom de Dacron. En France le polyester est décliné sous différentes marques dont la plus connue est le Tergal.
• Flexoutuile ®
Plaques dites de « sous-toiture » bitumées pour tuiles canal. (Voir aussi Éternit, Panotuile ®), qui se présentent sous la forme de plaques ondulées ou nervurées disponibles en 3 profils différents (190, 220, 235), pour mieux s’adapter aux divers modèles de tuiles canal du marché hexagonal et leur assurer un calage parfait. L’adhésivité naturelle de Flexoutuile évite aux tuiles de glisser. Le procédé Flexoutuile® développé par ONDULINE révolutionne l’exécution des toits de tuile canal (commercialisé en France dans les années 80), tant en rénovation qu’en neuf, car garantir l’étanchéité de la toiture avec une plaque flexible, légère et pratique, fait gagner du temps, de l’argent et de l’efficacité à tout le monde. Les vieilles tuiles seront même récupérées après vérification de leur état.

Les plaques Flexoutuile® sont les seules plaques cellulo-minérales monocouche à bénéficier d’un avis technique CSTB n° 5/99 – 1424 pose à 2 tuiles , n° 5/99 – 1425 pose à 1 tuile et d’une assurance R.C. Produit garantissant les frais de dépose, repose, remplacement du produit défectueux ainsi que les dommages subséquents.

I

Inertie thermique :

L’inertie thermique d’un logement peut être définie comme la capacité qu’il offre de maintenir stable sa température intérieure malgré les variations des températures extérieures ou de l‘ensoleillement.
Il s’agit donc de la capacité d’une habitation à stocker de la chaleur et de la fraîcheur dans ses murs, ses planchers, etc. Plus l’inertie d’un bâtiment est forte, plus il se réchauffe et se refroidit lentement. Plus les murs sont épais et les matériaux lourds (béton, pierre, brique pleine) plus l’inertie est grande. En absence de système de climatisation, une forte inertie est un atout pour le confort d’été en amortissant les pics de surchauffe. 

* L

Lambris :

Revêtement en bois pour les plafonds et les murs.

• Lamellé-collé.

Un matériau dérivé du bois, constitué de lamelles de bois collées, qui offre des qualités mécaniques que le bois massif ne peut offrir.

Ses lamelles emboutées permettent de réaliser des structures longitudinales rigides qui sont ensuite collées parallèlement. Ensuite ces structures vont permettre la fabrication de pièces de charpentes de formes et de volumes différents. C’est un matériau moderne de 100 ans, puisque son brevet fut déposé en 1906. 

* M

Madrier :

Un madrier est une planche épaisse généralement façonnée dans un bois dur comme le chêne, utilisée pour les gros travaux de menuiserie et de construction, et autrefois pour recouvrir les voies de circulation.
Le débit du bois en madriers produit des plateaux de plus forte épaisseur que les planches. Les épaisseurs usuelles sont de 54, 65, 80, 90, 110 millimètres et plus.

• Mélèze de Sibérie.
C’est un bois de couleur jaunâtre au dessin de surface clairement structuré.
Le mélèze est l’un des bois les plus prisé pour une utilisation en habillage des façades.

• Moise

Du latin mensa signifiant ‘table’, les moises sont des éléments structuraux de l’armement des mines. Disposées horizontalement, ce sont des pièces horizontales supportant les guides. En charpenterie, il s’agit de pièces d’assemblage doubles enserrant des montants verticaux pour en assurer le maintien (voir Moisage). En structure métallique (échafaudage), il s’agit de pièces d’une longueur de 0,90 ou de 3 m permettant la construction d’un échafaudage et aussi le support d’un plan horizontal (plancher).


• Moiser

Maintenir au moyen d’une moise, de moises.

• Moisage.
Le moisage (on dit aussi moisement) est un terme désignant un mode de rassemblement de pièces de bois (fréquemment des poutres). Plus précisément, le moisage correspond au type d’entaille qui a été faite sur les moises (les deux pièces de bois parallèles qui en encadrent une autre) et/ou sur la pièce de bois encadrée. Si seul le duo de moises est entaillé mais pas la pièce centrale, on parle de moisage ou de moisement simple, et si ce sont les moises et la pièce centrale qui sont toutes trois entaillées, on parle là de moisage ou de moisement double.

* N

Noue :

Une noue est la jonction du même côté de l’édifice de deux versants à ligne de faîtage non parallèle d’une toiture, jonction formant un angle entrant. Elle assure l’étanchéité de la jonction.

* O

OSB:

des panneaux multi usage
L’OSB ( Oriented Strand Board ou panneau de lamelles orientées) est comme son nom l’indique, constitué de lamelles orientées de bois résineux, disposées en 3 couches croisées.
Triply®, Laméply® et Isoply® sont des OSB aux caractéristiques différentes, créés pour être utilisés en tant que structures ou comme éléments décoratifs.
Ces panneaux sont titulaires de la certification de qualité CTBA MQ 83 et sont conformes à la norme Européenne EN.
Il est recommandé pour des emplois sous sollicitations courantes avec des niveaux de contraintes normales qui nécessitent une bonne résistance à l’humidité.
Applications principales : plancher, contreventement, emballage, avant-toit, décoration. Triply et Laméply vous permettent de réaliser, avec une grande facilité, des revêtements économiques à l’esthétique bois, naturelle et chaleureuse. 

* P

Pan :

La panne est une pièce de charpente posée horizontalement sur les fermes.
Elle supporte les chevrons. Elle relie les fermes et / ou les pignons et sert de support au système de couverture (platelage type bac acier, plateau, panneau bois, plaque fibre ciment, translucide ou chevrons + liteaux + tuile).
En fonction de sa position dans la charpente, la panne prend un nom particulier :
La panne faîtière, située au sommet de la charpente d’un toit à pans.
La panne sablière, située en bas de pente. Elle peut s’appuyer sur le mur, autrefois garni d’un lit de sable. (Partie de la tête du marteau opposée au gros bout.)
La panne intermédiaire, située entre la panne sablière et la panne faîtière (un versant de toiture peut comporter plusieurs pannes intermédiaires).


• Pano tuile ©
Plaques en forme de tuiles qui permettent de réaliser des toitures de véranda avec une esthétique traditionnelle et une composition technique très évoluée.


• Pignon :
Le pignon désigne à l’origine la partie supérieure triangulaire du mur d’un bâtiment servant à donner des versants à un toit. Le pignon reçoit la plus simple des charpentes : les poutres horizontales, les pannes, qui supportent les poutres de plus faible section posées dans la ligne de pente, les chevrons. Le pignon peut se terminer légèrement au-dessus du toit, qu’il soit en façade, ou qu’il soit à l’intérieur de la bâtisse comme sommet d’un mur de refend porteur, et être non couvert.


• Pointe de diamant :
Finition bois, désigne une forme d’ornement utilisée.


• Poteau

Pièce de bois verticale supportant une structure. Un poteau est un organe de structure d’un ouvrage sur lequel se concentrent de façon ponctuelle les charges de la superstructure (par exemple via un réseau de poutres chargées par les dalles d’un niveau supérieur) et par lequel ces charges se répartissent vers les infrastructures de cet ouvrage (par exemple les fondations). Un poteau de section carrée sera appelé pilier; un poteau de section circulaire sera appelé colonne. Un poteau de charpente est en bois ou métal. Un poteau de maçonnerie est en pierre ou béton, béton armé, béton mixte avec profil métal.


• Poutre
La poutre est un modèle utilisé dans le domaine de la résistance des matériaux et désignant un objet dont la longueur est grande par rapport aux dimensions transverses (section fine). Cette structure est utilisée pour la construction dans les bâtiments (charpente).


• Poutre « banane »
Les poutres « bananes » sont fabriquées en lamellé-collé et leur nom vient de leur forme qui rappelle le fruit, car elles sont cintrées. Les poutres lamellées collées cintrées peuvent être des sous-ensembles constitutifs de structures porteuses telles que des fermes conventionnelles ou être utilisées comme structures porteuses d’un seul tenant.
Elles sont des éléments structurels aujourd’hui incontournables dans le paysage de la construction bois. Elles permettent ainsi d’atteindre des portées beaucoup plus importantes que les poutres en bois massif pour une même section de bois.

 * R

Raboter: Polir, aplanir au rabot.
• Red cedar © (Cèdre rouge)
Le cèdre rouge de l’Ouest représente l’une des grandes ressources renouvelables d’Amérique du Nord. C’est l’une des essences de bois qui possède la plus grande longévité et stabilité face aux intempéries. 

* S

Solive :

Pièce de bois continue reposant sur la lisse haute (chaînage).


• STYROFOAM : la mousse de polystyrène extrudé bleue (XPS)
C’est dans les années 40 que les ingénieurs de la société Dow Chemical, à la demande du Ministère de la Défense des Etats-Unis, ont mis au point la formulation de la mousse de polystyrène extrudé. Sa destination première était d’améliorer la flottabilité des péniches du débarquement. Outre son excellente insensibilité à l’eau, elle présentait l’avantage d’une très grande résistance à la compression.
Elle démontra d’autres bénéfices, dont un excellent pouvoir isolant et devint ainsi l’objet de nombreux développements qui ont donné naissance à une large gamme de produits – 
les Solutions d’Isolation STYROFOAM – qui n’a cessé de s’enrichir. Chaque isolant réunit la combinaison de performances adaptées aux contraintes et besoins spécifiques de l’application pour laquelle il a été développé : FLOORMATE™ pour les sols et planchers, ROOFMATE™ pour les toitures inclinées, les toitures terrasses et les toitures techniques, PERIMATE™ pour l’isolation et le drainage des murs enterrés et AGMATE™ pour les bâtiments agricoles. Ces isolants sont parfaitement adaptés à tous les types de construction, en neuf comme en rénovation.
Fidèles à la vocation d’innovation technologique de leur société, les ingénieurs de Dow sont également à l’origine de nombreuses innovations technologiques parmi lesquelles le procédé d’isolation inversée de toiture terrasse, le procédé « Sarking » d’isolation de toitures inclinées par l’extérieur et le procédé « ROOFMATE min K Système » qui améliore les performances thermiques des isolations inversées. La qualité des isolants et procédés mis au point par Dow a fait ses preuves et largement contribué au succès de la gamme STYROFOAM.
Les isolants bleus sont reconnus pour leurs performances, leur durabilité et leur capacité d’adaptation aux différentes applications d’isolation thermique, quelles qu’en soient les contraintes techniques. 

* T

Thermowood®

Ce bois obtenu à partir de Pin Nord Rouge, traité à haute température (212°C ± 3°), offre des caractéristiques de stabilité dimensionnelle et de durabilité parfaitement adaptées à une utilisation extérieure. 

Tuile chatière : 

la chatière est un élément permettant une ouverture pour favoriser l’aération des combles et des greniers. Généralement, elles sont réparties en quinconce, en haut et en bas des rampants pour créer une circulation d’air ascendante

Tuile à douille : 

Accessoire de raccordement vers l’extérieur des conduits d’évacuation des pièces techniques de la maison (WC, Salle de bain, cuisine…)

Tuile lanterne :

Tuile dont le dessin reprend celui d’une lanterne, surmontant un tuyau de sortie de ventilation

* V

Vermiculite :

C’est un minerai proche de la famille des micas dont la teinte varie de l’argent-or au gris-brun. La vermiculite est plate et brillante à l’état naturel. Lorsqu’elle est chauffée à environ 1 000 °C, elle éclate (ou se gonfle), ce qui crée des poches d’air. C’est cette propriété, combinée au fait qu’elle ne brûle pas, qui a fait d’elle un matériau adéquat pour l’isolation.. Avant traitement, il est trié, calibré, tamisé. Ce traitement thermique (exfoliation) à 900°C aboutit au produit exfolié : le VERMEX (nom déposé de la vermiculite exfoliée). La vermiculite a été utilisée dans des produits servant à l’isolation de nombreuses maisons au Canada et aux États-Unis. Aujourd’hui, la seule fibre d’amiante commercialisée est le chrysotile.
• Volige :
La volige est une planche de bois rectangulaire, et de faible épaisseur. elle est fixée à côté d’autres sur les chevrons. elle est destinée à réaliser un plancher continu pour supporter les matériaux de couverture de toiture tels qu’ardoises, zinc ou étanchéité bitumeuse.